Les Sept Portes de l'Apocalypse T1 : La Croisade des Carpates de Diana et Vanessa Callico

Editions : Le Héron d'Argent, 20€, 345 pages.
Résumé 4ème de couverture : Comment réagiriez-vous si, au lieu de mourir, vous vous trouviez projeté dans le corps d'une jeune aristocrate du XVème siècle promise à Vlad Drakul ? C'est ce qui arrive, de nos jours, à Eva, étudiante en littérature, qui est poussé dans une faille volcanique par le linguiste qu'elle voulait retrouver. Celui-ci, possédé par l'esprit d'un légat du pape de Drakul, n'a que ce moyen pour sauver les deux époques de l'Apocalypse. Commence alors pour Eva une étrange quête qui doit la mener à comprendre pourquoi, au XXIème siècle, une étrange maladie ravage le monde et au XVème, de monstrueuses créatures surgissent au cœur du Danube.



Mon Avis

Celui-là aussi a attendu un certain nombre de mois sur l'étagère de ma bibliothèque. C'est simple, je l'ai acheté à au salon Livre Paris 2016, soit il y a plus d'un an et demi. J'avais commencé sa lecture il y a quelques mois, mais en plein concours, j'avais été obligée d'arrêter. Finalement, je l'ai recommencé depuis le début au mois de novembre 2017 et l'ai lu dans la foulée. Et honnêtement, j'ai vraiment aimé ce premier tome.

Pour commencer : le découpage. L'histoire se déroule sur deux plans parallèles. On suit la jeune Eva, étudiante passionnée du XXIe siècle, qui rédige une thèse sur l'Apocalypse, et Vlad Drakul un comte sanguinaire du XVe siècle qui tente de protéger ses terres de l'envahisseur. Chacun de leur côté, à six siècles d'écart, vont être témoins d'événements étranges et effrayants tout droit tirés de l'enfer et qui semblent étroitement liés même à travers les siècles. Alors qu'Éva cherche des réponses quant à la mystérieuse épidémie qui se répand rapidement, la voilà transportée au XVe siècle, dans le corps d'une jeune noble qui s'apprête à épouser Vlad Drakul. 

L'histoire est vraiment entrainante car elle mêle habilement fantasy, romance, horreur et histoire religieuse. On reste clairement dans une intrigue terrifiante posée sur un background théologique et bourré de références bibliques et scientifiques. J'ai apprécié tout cela parce que tout est bien dosé. J'avais peur que la romance ne prenne le dessus sur tout le reste, mais pas du tout. Elle a été amenée avec intelligence, quoiqu'un peu trop rapidement tout de même. Mais cela reste l'un des composants de l'histoire, et non pas l'élément principal, ce qui est vraiment appréciable.

Le début est un peu long à se mettre en place il est vrai. Cependant, une fois qu'on finit ce premier tome, on se rend compte que tout ce qui a constitué la première partie, et qui nous a peut-être semblé un peu longuet, était finalement nécessaire à la mise en place de l'intrigue dans son ensemble. 

Les personnages sont également très bien travaillés. On voit une véritable évolution chez Éva, dans le bon sens du terme puisqu'au fur et à mesure de l'histoire, elle va s'affirmer, se mettre en avant et montrer à quel point elle peut avoir de la ressource. Elle va s'adapter très rapidement à son nouveau mode de vie et va accepter la mission qui lui a été confié sans broncher. Quant à Vlad Drakul, dépeint comme un monstre sanguinaire, figure d'origine du comte Dracula du XXIe siècle, il n'a rien d'un vampire. Certes, la violence dont il fait preuve est extrême, mais elle a toujours pour origine sa volonté de protéger son royaume et ses sujets. C'est un personnage qu'on apprécie de découvrir. Finalement, le petit moins je dirai, ce sont les personnages secondaires. De mémoire, à part le moine Nicholas et le chercheur Xavier Perti il n'y a pas vraiment d'autres personnages intéressants à suivre. C'est un peu dommage. 



En conclusion

C'est un premier tome très intéressant et qui ouvre de façon surprenante cette trilogie des sept Portes de l'Apocalypse. D'un genre extraordinaire qui mêle action, fantasy et romance sur un fond biblique des plus étranges, les personnages sont lancés dans une course contre la montre pour sauver les hommes de créatures cauchemardesques et d'un destin non moins abominable.



Les Sept Portes de l'Apocalypse :
1 : La Croisade des Carpates
2 : Le Graal de l'Inframonde
3 : L'Arche du Ragnarok

Les Roitsy de Magara Kisi T1 : Le Crépuscule des puissances de Johanna Zaïre.


Editions : Livre Auto-édité par Johanna Zaïre, 20 décembre 2014, 210 pages.

Résumé 4ème de couverture : Soulia la vingtaine, vit dans la petite ville de Magara Kisi, appelée également la Zone 1, située dans le sud de la France. Le roman commence en juillet 2010. Elle habite avec son fiancé, Liam, et sa petite soeur Dana. La vieille Edna demande à la jeune fille de venir la voir et lui fait lire un poème. Edna fait partie de ces anciens habitants qui croient que la planète Terre, qu'ils appellent Gaïa et considèrent comme leur mère, va bientôt se révolter pour punir ses habitants inconscients du mal qu'ils lui causent. Face aux annonces de catastrophes naturelles qui se multiplient, commençant par toucher l'Australie puis le Mexique, la Russie et les pays scandinaves, Soulia commence à croire sa vieille amie....

Mon avis

J'ai rencontré Johanna Zaïre lors de ma visite au Salon Fantastique 2017 de Paris. J'ai tout de suite accroché à l'univers de son stand, sombre, emprunt de magie et à la fois accueillant. Elle m'a présenté ses oeuvres, et c'est sur le T1 des Roitsy de Magara Kisi que mon oeil s'est attardé. Le résumé m'a tout de suite intriguée. Pourtant je ne suis pas une grande adepte du genre dystopique mais vous me connaissez, il suffit d'un peu de fantastique ou de fantasy pour me séduire. Et ce premier tome en contient effectivement, même si c'est en petites touches et surtout sur la fin. Ce qui laisse présager d'une suite qui en regorgera très certainement.

Mais je n'ai encore rien dit sur l'histoire. Nous suivons les aventures de Soulia (prononcé Solia) et de son petit ami Liam, deux jeunes gens qui vivent tranquillement leur petite vie  dans la ville de Magara Kisi. Alors que d'étranges phénomènes météorologiques apparaissent et détruisent une grande partie du monde, Soulia se demande si les hommes n'auraient pas attiré l'îre de Gaïa, la planète Terre personnifiée. Sans vouloir trop vous en révéler, Soulia et Liam vont devoir suivre à la lettre les recommandations de leur amie Edna, sans toutefois savoir vraiment où cela va les mener ni même ce qu'ils vont devoir faire pour sauver l'humanité. 

Ce premier tome est assez sombre. On ne sait pas du tout ce qui attend nos protagonistes, ce qu'ils vont devoir faire ou qui ils vont croiser sur leur chemin. Allant de découvertes en découvertes, de rencontres en rencontres, les pièces du puzzle vont se disperser de plus en plus sans qu'aucun d'eux ne sachent comment les assembler. Seul espoir, retourner sur ses pas et aviser une fois arrivés. C'est assez angoissant de les voir partir à l'aventure sans savoir ce qui les attend. Evidemment leur voyage ne se fera pas tranquillement, de nombreux ennemis vont croiser leur route et leurs intentions ne seront pas des plus claires. C'est ce qui tient en haleine le lecteur, le fait que l'on ne sache pas ce que veulent les ennemis ou même ce que sont sensé faire les héros de l'histoire. Le T1 se termine sur de nombreuses questions qui ne peuvent que donner l'envie de continuer et de dévorer le T2.

Les personnages principaux sont assez surprenants. Soulia est une jeune femme d'une vingtaine d'années, pas vraiment farouche, mais éperdument amoureuse de Liam. Elle n'a pas de capacités particulières, mais elle sait ce qu'elle veut et a un sens aigu des responsabilités. Même si ça ne lui plait pas, même si elle a peur, elle accepte son rôle et fera ce qu'il faudra. Liam quant à lui, a un caractère bien trempé, et n'hésitera pas à faire l'impossible pour celle qu'il aime. C'est tout logiquement qu'il la suit, parce qu'il l'aime et parce qu'il veut la protéger. On est face à une relation très fusionnelle. Je ne suis pas fan des petits surnoms qu'ils ne cessent de se donner l'un à l'autre, mais je trouve tout de même que leur relation est bien amenée et ne prend pas le pas sur l'aventure ou l'action proposée par l'histoire. Et c'est tant mieux. Un peu de romance, c'est très bien, mais j'aime l'action, les péripéties et surtout le côté trépidant et dynamique de l'histoire. Je pense que Soulia a encore énormément de choses à nous révéler et que Liam aura un grand rôle à jouer également. 


En conclusion

Les Roisty de Magara Kisi, c'est l'histoire de la fin du monde tel que nous le connaissons. Mais devant tous ces différents cataclysmes, un ennemi attend, tapis dans l'ombre. Et c'est sur les épaules d'une jeune femme qui n'a rien demandé à personne que repose le destin de l'humanité. J'ai vraiment aimé suivre les aventures de Soulia et Liam et j'attends avec impatience de me procurer le tome 2 pour percer les mystères autour de l'héroïne. Si vous aimez le fantastique et les dystopies, cette saga est faite pour vous, sans la moindre hésitation ! 

La Passe-miroir T3 : La Mémoire de Babel de Christelle Dabos

Editions : Gallimard Jeunesse, Juin 2017, 18€, 496 pages.

Résumé 4ème de couverture : Deux ans et sept mois qu'Ophélie se morfond sur son arche d'Anima. Aujourd'hui il lui faut agir, exploiter ce qu'elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d'informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d'adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?


Mon avis

Qu'il me tardait de retrouver Ophélie, Thorn et tous les autres ! Je n'ai attendu qu'un an, puisque je n'ai découvert cette saga que l'an dernier, mais je l'ai tout de suite adorée. Et l'attente fut tout de même très longue. Si bien que j'ai acheté le troisième tome quasiment dès sa sortie, et l'ai commencé dans la foulée. Mais voilà, j'ai finalement mis plus de temps que prévu à le lire, et plus de temps encore à rédiger la chronique. 

L'histoire de la Passe-Miroir est vraiment singulière. Notre monde tel que nous le connaissons n'est plus, il est divisé en plusieurs arches qui gravitent à la surface de la terre. Chaque arche est différente des autres. Elle a sa propre topographie bien évidemment, mais également sa propre culture. Les humains et les animaux qui la peuplent sont différents eux-aussi. Si je m'attarde sur ce point, c'est parce que chaque livre peut se dérouler sur une arche différente voire plusieurs. Et si l'arche sur laquelle se déroule l'histoire ne nous convient pas, on peut vite rencontrer quelques difficultés lors de la lecture. C'est ce qui m'est arrivée. J'ai eu beaucoup de mal à apprécier l'arche de Babel. C'est véritablement une affaire de goût. Je crois que c'est la trop grande présence d'automates, la mentalité des babyloniens et les paysages décrits qui ne m'ont pas faite vibrer. C'est dommage j'en conviens. 

Ceci dit, je suis restée à fond dans l'histoire. Ophélie est toujours un personnage que j'adore tout particulièrement. Son évolution depuis le premier chapitre du premier tome ne cesse de m'étonner. D'une jeune fille naïve et esseulée, nous la voyons progressivement se transformer en une femme déterminée et forte. Quant à Thorn... que dire si ce n'est qu'il est toujours aussi pragmatique, mystérieux et introverti. J'aimerai vraiment relire toute cette saga de son point de vue. Imaginez être dans sa tête, connaitre ses pensées, son opinion sur toute cette situation, et surtout, l'évolution de ses sentiments pour Ophélie... Cela serait vraiment extrêmement intéressant ! Toujours est-il que les personnages principaux de cette saga ne m'ont pas déçue du tout. J'ai apprécié en découvrir de nouveaux telle que la petite Victoire, qui promet de grandes choses. Ceci dit, je regrette le trop peu d'apparition de Berenilde, de la tante Roseline, de Farouk, et d'Archibald. Mais même si les chapitres dans lesquels ils apparaissent ne sont pas très nombreux, ils posent les bases de l'intrigue sur laquelle reposera le tome 4, que j'ai vraiment hâte de lire !

L'intrigue quant à elle, n'a cessé de m'étonner et de me surprendre. Ce qui m'a vraiment plu dans ce troisième livre, ce sont les nombreuses péripéties et révélations concernant les personnages. Je ne les ai absolument pas vu venir. Et j'adore être surprise. La qualité d'écriture est là, la narration est excellente et l'intrigue ne cesse de surprendre. Ce tome trois a été révélateur même s'il a laissé de grandes questions en suspend pour le dernier livre de la saga. Et c'est tant mieux, cela ne nous donne que plus envie de nous plonger entre ses pages. Vivement qu'il paraisse ! 


En conclusion

La saga de la Passe-Miroir reste l'une de mes sagas préférées, c'est évident, même si je n'ai pas spécialement accroché à l'arche de Babel. La qualité de l'écriture, de l'intrigue et de la narration n'y est absolument pour rien, c'est simplement une affaire de goût et de ressenti : je crois que le Pôle m'a manqué ! L'évolution des personnages, surtout d'Ophélie, ainsi que sa relation avec Thorn est vraiment impressionnante et cohérente en tout point. J'ai hâte de connaitre la suite de leurs aventures, même si j'ai un sacré pincement au coeur, puisque le tome 4 sera le dernier de cette merveilleuse saga. 




La Passe-miroir :
T3 - La Mémoire de Babel
T4 - ???

Bilan du mois de Juillet 2017


Bonjour à tous et à toutes. Cela fait des lustres que je n'ai pas posté un bilan et pour cause, c'est le premier mois où je peux me targuer d'avoir lu plus d'un livre ! Pour l'occasion, il fallait bien que je rédige une synthèse de mes lectures. En voici la présentation ;)

Ce mois-ci j'ai lu 5 livres et rédigé 3 chroniques !


Mes lectures :

   

  • Le Protocole de la crème anglaise T1 : Prudence de Gail Carriger : J'ai beaucoup aimé ce premier livre du spin-off des aventures d'Alexia, même si je dois dire que Prudence, la fille du couple Maccon, n'a pas autant de prestance que ces illustres parents ! De plus, l'intrigue n'était pas non plus folichonne, même si je pense qu'il s'agit là des prémisses de la véritable intrigue que l'on découvrira dans la suite de la série.
  • Le Protectorat de l'ombrelle T5 : Sans Âge de Gail Carriger : Avant de commencer le spin-off, je devais me remémorer les événements de la fin de la saga-mère. De plus, je ne l'avais pas encore chroniquée alors que je l'avais lue il y a des mois de ça. J'ai vraiment apprécié cette relecture. Alexia est l'une de mes héroïnes préférées : c'est donc avec plaisir que je la retrouvais. Et ce tome achève parfaitement la saga ! 
  • Mots d'excuse T1 : les parents écrivent aux enseignants de Patrice Romain : À la rentrée prochaine, je serai professeur des écoles stagiaires. Alors pour me faire un clin d'oeil et pour me préparer aux mots que je risque très certainement de recevoir, les enseignantes de l'école où je travaillais cette année en tant qu'animatrice m'ont offert ce petit livre qui recense un certain nombre de mots, rédigés par les parents. Regroupés par thème (les absences, les demandes, les remerciements...), ils font état de tout ce que représentent les relations Parents/Professeurs. J'avoue qu'il m'a fait un peu peur ! On verra bien ce qui m'attend !
  • Le dernier Brûleur d'étoiles de Sophie Val-Piquet : cela fait des années que ce livre attend sagement dans ma PAL. Je ne sais pas quelle envie subite j'ai eu, mais en le voyant trainer comme ça, l'air de rien, je me suis dit qu'il était temps pour lui de sortir de mes étagères poussiéreuses, et de me livrer enfin tous ses secrets. J'avoue que j'ai beaucoup aimé l'histoire de Gwenvael, jeune orphelin de seize ans qui voit son destin basculer du jour au lendemain. Il n'est pas un adolescent lambda, il est un brûleur d'étoiles. C'est un tout nouveau contexte, vraiment très intéressant malgré quelques longueurs et de retours en arrière incessants. Cela se pardonne facilement, puisque l'auteure n'avait que 19 ans lorsqu'elle l'a écrit ! Pour ceux qui aiment l'héroic fantasy, je vous le conseille ;) 



Mes chroniques :

  


Bon mois d'Août à tous et à toutes :D !!


Le Protocole de la crème anglaise T1 : Prudence de Gail Carriger


Editions : Le Livre de poche, Orbit, Octobre 2016, 546 pages, 8,90€ 

Résumé 4ème de couverture : Au nom de la reine, de l'Angleterre et de la parfaite théière. Quand Prudence Alessandra Maccon Akeldama - Rue pour les intimes - hérite d'un dirigeable, elle fait ce que n'importe quelle jeune femme aurait fait dans des circonstances similaires, elle le baptise : La Coccinelle à la crème. Et elle s'envole pour l'Inde. Là-bas, elle tombe au beau milieu d'un complot mené par des dissidents locaux, du kidnapping d'une femme de brigadier et d'une famille de loups-garous écossais qu'elle ne connait, hélas, que trop bien. Devant tous ces dangers, Rue devra s'en remettre à sa bonne éducation et, bien sûr, à ses aptitudes surnaturelles pour s'en sortir...


Mon avis


Il faut savoir une chose, cette série est un spin-off de la saga Le Protectorat de l'Ombrelle, du même auteur. Et si vous suivez mon blog, vous savez que je suis une fan inconditionnelle de cette saga ! Le Protocole de la crème anglaise suit les aventures de Prudence, la fille d'Alexia, la protagoniste de ma série chouchoute. Je dois donc avouer que j'abordais avec une certaine appréhension la lecture de ce premier tome, ayant toujours une peur infime mais bien présente d'être déçue. De plus, j'avais déjà pu lire quelques avis qui m'avaient, n'ayons pas peur des mots, refroidie ! Toujours est-il que se faire son propre avis est important, je me suis donc tout de même lancée.

Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance de personnages que nous avions déjà rencontré dans la série précédente alors qu'ils n'étaient que enfant ou bébé. Ici, ce sont des adultes qui ont entre vingt et trente-cinq ans plus ou moins, et ne sont pour ainsi dire, absolument plus les mêmes. Si nous avons le plaisir de voir évoluer Prudence - Rue comme ses amis l'appellent -, nous avons également la joie de suivre les jumeaux Tunstell, Primrose et Percy (les enfants d'Ivy Tunstell) et Quenel (le fils de Mme Lefoux). On pourrait s'imaginer un copier/coller de la saga mère, puisqu'ici on prend les enfants des protagonistes précédents pour en refaire une saga. Mais non, pas du tout. Les enfants s'éloignent assez de leurs parents respectifs pour que le lecteur puisse avoir le plaisir de se sentir emmener dans une toute autre histoire. J'ai beaucoup aimé ces personnages, et principalement Primrose, que je trouve réellement rafraichissante. Sa mère m'exaspérait énormément, et je trouve que malgré son ascendance, Primrose s'en sort plutôt pas mal. On notera toutefois une légère confusion entre les traductions, puisque dans le T5 de la saga mère, elle s'appelait Primvère... D'un autre côté, cela n'a pas beaucoup d'importance. Percy quant à lui est tout aussi décalé que ses parents, et j'étais à mille lieux de penser qu'il deviendrait un jour un professeur de renom doté d'un charme apparemment irrésistible. Finalement, les seuls qui ne m'ont pas forcément touchée sont Quenel (que j'ai trouvé très cliché -le tombeur, sûr de lui, intelligent, beau, blabla-) et Prudence qui parait bien fade si on a le malheur de la comparer à sa mère. En effet, la pauvre n'a visiblement hérité du charisme d'aucun de ses trois parents. C'est bien dommage pour elle. Ceci dit, il a beaucoup d'humour, je le lui reconnais.

Au-delà des personnages, l'intrigue est plutôt guillerette et simplette. Je n'ai pas été emballée par la fin du tome, même si le voyage d'Angleterre jusqu'en Inde était très intéressant. Il nous aura donné la possibilité de revoir de nombreux personnages de la saga principale, ce qui n'était pas pour me déplaire. Les descriptions des paysages, des machines et des robes étaient comme toujours très présentes et incitaient à l'évasion. Alors même si cette histoire de commerce de thé n'était pas folichonne, je pense qu'elle n'était là que pour poser les bases d'une intrigue plus solide que l'on découvrira dans la suite des événements. 


En conclusion

J'ai beaucoup aimé retrouver d'anciens personnages de la première saga et apprendre à en connaitre de nouveaux. Le groupe de Prudence à l'air fort sympathique même si j'ai du mal avec le personnage de Quenel. L'intrigue quant à elle n'était pas à la hauteur de mes espérances même si elle était sympathique à suivre. J'ai cependant grand hâte de lire la suite, car je pense qu'elle nous promet de grandes choses et d'incroyables mystères à résoudre !


Le Protocole de la crème anglaise :
T1 - Prudence
T2 - Imprudence
T3 - Compétence (à paraitre)

Une Saison chez les sorcières T1 : Automne d'Anaïs Goldemberg

Editions : Lumignon, 31 Octobre 2014, 64 pages, 18€.

Résumé 4ème de couverture : Une maison au fond de la forêt, des sorcières farfelues, un monstre doux... et un danger qui rôde.










Mon avis


Que je l'ai désiré ce conte illustré !! Cela faisait des mois que je le voyais sur la blogosphère. J'avais tenté ma chance aux partenariats de Livraddict, sans succès malheureusement. Puis j'ai loupé le stand des éditions du Lumignon au Salon Fantastique. Désespérée je l'ai commandé sur le site de la fnac... il n'est jamais arrivé ! J'ai craqué et c'est tout bêtement que je l'ai commandé directement sur le site du Lumignon. J'aurais du commencé par là, je suis prévenue désormais ! Mais voilà, ça y est, il est enfin entre mes mains, et j'en suis ravie. Car c'est un vrai trésor !

Le Protectorat de l'ombrelle T5 : Sans âge de Gail Carriger

  

Editions : Le Livre de Poche (Orbit), 7,10€, 458 pages


Résumé 4ème de couverture : Lady Alexia Maccon est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société ou le comportement d'un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel...
Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu'elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d'un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction l'Égypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l'indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d'Alexandrie ? Pourquoi un ancien fléau s'abat-il de nouveau sur le pays ?


Mon avis

Dernier tome des aventures d'Alexia et de Lord Maccon, c'est avec une certaine appréhension que je l'ai commencé. Non pas que j'avais peur de ce que j'allais y lire, mais plutôt parce qu'il s'agit du dernier roman d'une saga que j'ai littéralement adorée et dévorée.